“Lettre des situations belges” (écrite suite à l’interruption au Théâtre National)

Bonjour  les amis !
Vendredi et samedi dernier,  une situation, sur le site du T(héâtre) N(ational) lors de l’irruption de “situationnistes “pendant le spectacle ( Oh hérésie !) nommé L’insurrection qui vient (http://new.theatrenational.be/fr/program/2/Linsurrection-qui-vient) d’après le livre  (devenu) légendaire, écrit par “Comité invisible” (http://www.lafabrique.fr/catalogue.php?idArt=215). Leur action, qui coûta  l’emprisonnement aux supposés auteurs, dans une France contemporaine et antiterroriste, a construit  un dialogue qui abolit les rôles  des interprètes et les spectateurs :  tous devenus traducteurs d’un non-savoir de la révolution et  du changement (au quotidien) vers un savoir qui se construit autour de vouloir changer les choses, ensemble ici et maintenant.
 
Les autoproclamés “situationnistes”  distribuaient les tractes  avant le spectacle et interrompaient le spectacle aux moments précis de la narration (les acteurs représentaient le juge et l’avocat des supposées auteurs du livre) en rapprochaient à l’équipe théâtrale  ’”le temps narratif accordé au procès”, “la trahison de texte”, la “fictionnalistion d’un propos sérieux,”  la “récupération et l’institutionnalisation de l’idéal émancipatoire”. Le public, pour la plupart impatient de découvrir le texte, fut mécontent de ces interruptions, les acteurs émues, certains en larmes, “déplacés” selon leur propre témoignages”… Un dialogue fut installé  malgré tout.
 
Or, de vraies questions se posent :
 
– la fiction n’est elle pas  opératoire dans tous les procès de l’hypothèses du changement?
– théâtralité n’est elle pas l’élément fondateur de théâtre idéologique entourant et même, comme dira Badiou avec raison, les grands rassemblements politiques n’ont-ils ont AVANT TOUT quelque chose de cette théâtralité. La preuve : les situations au TN ou les “situationnistes” devenaient les acteurs  d’une nouvelle forme théâtrale qu’ils construisaient, le public ne distinguant plus “les vrais des ‘faux” protagonistes. Calderon et Pirandelo furent au rendez vous au TN ce soir lorsqu’une ‘spectatrice” a clôturé la rencontre du vendredi soir en s’adressant aux contestateurs : Est il tout cela un cauchemar, un mauvais rêve”?
–  en dépit de tout, le” déplacement” n’est il pas le meilleur de procédés pour construire de nouveaux lieux, les “hors-lieux” ‘ (Badiou)
– Il y aura- t-il l’art en-dehors de l’État ou l’art n’est-il pas, par définition, comme le souligne Althuser, un appareil idéologique de l’État parmi d’autres, donc la foi dans l’acte artistique n’est elle pas celle en l’acte  qui suit, à venir, à construire, tous devenant interprètes?
– des théâtres “corrects”, appropriés pour des “propos révolutionnaires” existent-t-ils ou faudra-t-il récupérer les théâtres “incorrects”?
– des institutions étatiques peuvent aller jusqu’au bout en incitant ‘à “l’insurrection qui vient”? Les flic en civils furent présentés en public et une occupation de lieu ne fut pas possible, même du coté de la direction, ad hominem et, entre autres, Collinet, presque entré dans des affrontements physiques avec les contestataires, agité et peureux des conséquences qu’il ne pouvait plus contrôler et assumer ( Odeon , 68, et Barault http://www.youtube.com/watch?v=Jo3btk_jzOs ) sont bien loin de là..
 
Le TN ne fut pas finalement occupé, malgré les appels de convergence chaque soir dans ses lieux ( a voir, a suivre), en résumé:  tous les miroirs sont couverts de la buée ( durable).
Ainsi, l’événement  de “l’interruption” résume une question cruciale :
 
Le Théâtre est-il percée de l’acte politique, car publique,  OU faut il séparer la “théâtralisation correcte d’une autre incorrecte”, le “bon usage des propos revolutionnaires (fictifs car à venir) des “mauvaises usages”, ce qui était, en dépit de tout, le sens d’intervention de lesdits “situationnistes belges”.
 
L’agitation fut énorme, presque bagaresque et ça m’empêcha de parler avec les protagonistes, presque tous en pleur.
 
Tout cela pour dire que cette l’insurrection qui vient traverse les esprits de beaucoup. Le quantité des gens “âgés” touchés par les propos du livre, par les propos de contestataires, fut surprenant. 
 
Or je suis en train d’écrire un petit résumé des faits et espère que nous pourrons nous voir bientôt dans le cadre de nos rencontres sur 
“Théâtre, Pensée, École, Émancipation, Constellation(s), Partage du sensible dans le monde à construire.”
 
Vers les “scènes de l’égalité”…
 
De ce pays sur les pieds en verre,
 

Je vous embrasse !

hr

Contact

***
Annabelle Dupret : annabelledupret[at]hotmail.com
Ivana Momčilović : migrativeart[at]gmail.com
Judith Pollet : polletjudith[at]gmail.com
***
hr

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s